Exposition Oxymore

Figures m¨¦ditatives (Didier GUTH/Canbo He)

Mai 2011

¡¡

La cinqui¨¨me exposition de notre s¨¦rie Oxymore s¡¯intitule Figures m¨¦ditatives. Elle r¨¦unit les œuvres de Didier Guth et de He Canbo.

 

La figure, ce n¡¯est pas uniquement le visage d¡¯une personne, c¡¯est aussi une forme g¨¦om¨¦trique, une image qu¡¯il faut contempler pour pouvoir la comprendre. Ce qui rassemble nos artistes c¡¯est justement l¡¯exploitation de ces figures, g¨¦om¨¦triques mais aussi quasi-humaines pour He Canbo. Figures anonymes, accumul¨¦es, mises côte ¨¤ côte.

 

La m¨¦ditation est une pratique tr¨¨s r¨¦pandue dans le Bouddhisme mais pas seulement. Elle existe sous diff¨¦rentes formes dans la religion chr¨¦tienne, musulmane¡­ Chaque œuvre nous invite ¨¤ la m¨¦ditation, ¨¤ se concentrer avec un regard neuf libre de toute pens¨¦e parasite afin de voir le tableau tel qu¡¯il est, de le comprendre. Les personnages de He Canbo sont des repr¨¦sentations anonymes. Chacun peut y voir une personne diff¨¦rente, en fonction de son v¨¦cu, de son humeur du moment, de ceux qu¡¯il a aim¨¦ ou haï. Ces personnages repr¨¦sentent aussi bien un individu seul que l¡¯humanit¨¦ toute enti¨¨re. Le tableau poss¨¨de ainsi une symbolique diff¨¦rente pour chaque spectateur.

 

Le travail plastique de Didier Guth est quant ¨¤ lui tourn¨¦ vers le jeu de piste. Il nous invite ¨¤ m¨¦diter sur son œuvre au sens occidental du terme, c¡¯est-¨¤-dire ¨¤ s¡¯interroger et ¨¤ r¨¦fl¨¦chir. Ses objets nous invitent ¨¤ red¨¦couvrir le monde ¨¤ travers le regard de l¡¯artiste. Le spectateur est alors invit¨¦ ¨¤ entrer dans l¡¯œuvre, ¨¤ la comprendre. La focalisation sur une partie d¡¯un objet oblige celui qui regarde ¨¤ faire un travail de d¨¦codage, l¡¯artiste nous entraîne alors dans une sorte de jeu qui consiste ¨¤ reconnaître l¡¯objet repr¨¦sent¨¦ ¨¤ partir du morceau expos¨¦. 

 

Figures m¨¦ditatives nous invite ¨¤ faire cet effort de compr¨¦hension. Les œuvres sont abstraites, on peut y voir des formes, des visages anonymes qui nous invitent ¨¤ une profonde r¨¦flexion.

¡¡

¡¡

¡¡

¡¡

¡¡

¡¡

¡¡

¡¡

Retour