Exposition Oxymore

Une poign¨¦e de lumi¨¨re (Jean-François Robic/Xuelian Wu)

F¨¦vrier 2011

¡¡

La deuxi¨¨me exposition de la s¨¦rie Oxymore s¡¯intitule Une poign¨¦e de lumi¨¨re, elle r¨¦unit les œuvres d¡¯une artiste chinoise : Mademoiselle Xuelian Wu et les vid¨¦os d¡¯un artiste français, Monsieur Jean-François Robic.

 

Leurs cr¨¦ations s¡¯articulent autour du th¨¨me de la lumi¨¨re et plus pr¨¦cis¨¦ment d¡¯une poign¨¦e de lumi¨¨re (titre propos¨¦ par Monsieur Robic.) Il fait r¨¦f¨¦rence au c¨¦l¨¨bre po¨¨te T.S. Eliot et ¨¤ son œuvre majeure : The Waste Land (1921-1922).

 

Quelles sont ces racines qui s'agrippent, quelles branches poussent

Dans ces gravats pierreux ? Fils de l'homme,

Tu ne peux le dire ni le deviner, car tu ne connais

Qu'un amoncellement d'images bris¨¦es, l¨¤ o¨´ le soleil frappe,

Et l'arbre mort n'offre aucun abri, la sauterelle aucun r¨¦pit,

La roche s¨¨che aucun bruit d'eau. A peine

S'il y a de l'ombre sous ce rocher rouge,

(Viens t'abriter sous l'ombre de ce rocher rouge)

Et je te montrerai quelque chose qui diff¨¨re ¨¤ la fois

De ton ombre marchant au matin ¨¤ grands pas derri¨¨re toi,

Et de ton ombre au soir venant ¨¤ ta rencontre ;

Je te montrerai l'effroi dans une poign¨¦e de poussi¨¨re1.

 

La lumi¨¨re et son rendu sont des points essentiels de la cr¨¦ation artistique. En effet, c¡¯est la luminosit¨¦ qui cr¨¦e tout un jeu d¡¯ombre et de lumi¨¨re, de clair obscur. Elle permet ¨¤ l¡¯artiste de mettre en sc¨¨ne ses personnages, ses objets, en les rendant visibles ou au contraire cach¨¦s par une absence de luminosit¨¦. La lumi¨¨re est au centre de la cr¨¦ation artistique, c¡¯est elle qui nous permet de voir les couleurs, de distinguer le monde qui nous entoure. Beaucoup d¡¯artistes se sont int¨¦ress¨¦s ¨¤ elle et ont centr¨¦ leurs œuvres sur sa mise en sc¨¨ne, comme Claude Gell¨¦e dit le Lorrain, un peintre du XVII¨¨me si¨¨cle ou encore le mouvement impressionniste du XIX¨¨me si¨¨cle, qui se sont tout particuli¨¨rement pench¨¦s sur ce probl¨¨me.

La lumi¨¨re est source de vie, fluide vital, repr¨¦sent¨¦e en peinture, elle est un ¨¦l¨¦ment central du travail sur la photographie mais aussi sur la vid¨¦o. Lumi¨¨re douce, blafarde ou au contraire aveuglante et violente. La lumi¨¨re c¡¯est aussi celle qui se refl¨¨te sur le monde, qui scintille sur l¡¯oc¨¦an, qui miroite sur l¡¯eau.

 

C¡¯est sur cette lumi¨¨re que nos artistes s¡¯interrogent, sur son rendu, les possibilit¨¦s qu¡¯elle offre. On peut ainsi la voir ¨¤ travers diff¨¦rents supports, la vid¨¦o qui capte son rayonnement et cherche ¨¤ l¡¯apprivoiser mais aussi le papier argent¨¦ qui renvoie la lumi¨¨re, rend l¡¯œuvre mouvante, en effet elle change en fonction de l¡¯¨¦clairage, du temps ext¨¦rieur... Pour l¡¯un il s¡¯agit de capter la lumi¨¨re dans un instant donn¨¦, pour l¡¯autre il s¡¯agit de nous donner ¨¤ voir une œuvre changeante, en constante ¨¦volution. La lumi¨¨re met en relief l¡¯œuvre et lui donne vie, elle se fait par touche. Pour reprendre la phrase de T.S. Elliot, il s¡¯agit ici de nous montrer le monde dans une poign¨¦e de lumi¨¨re.


¡¡

1.Vers 19 ¨¤ 30, Traduit de l¡¯Anglais par Guy le Gaufey.

Retour