Exposition Oxymore

Doigts de F¨¦e (Ute Dreher/Jingxin Geng)

Avril 2011

¡¡
¡¡

¡¡

¡¡

La quatri¨¨me exposition de la s¨¦rie Oxymore, Doigts de f¨¦e, nous donne ¨¤ voir les œuvres d¡¯Ute Dreher et de Jingxin Geng.

Doigts de f¨¦e met en avant le travail de l¡¯artiste et sa minutie. Chaque artiste poss¨¨de un don, don divin, don acquis par la pratique. Celle qui poss¨¨de des doigts de f¨¦e est capable de cr¨¦er des œuvres magnifiques, ses doigts peuvent donner vie ¨¤ la toile. L¡¯acte de cr¨¦ation est proche d¡¯un instant magique voire merveilleux o¨´ le peintre comme Pygmalion donne vie ¨¤ son œuvre. Mais poss¨¦der des doigts de f¨¦e c¡¯est aussi travailler avec l¨¦g¨¨ret¨¦, par touches, cela nous renvoie ¨¤ l¡¯image de la couturi¨¨re qui tisse avec d¨¦licatesse et pr¨¦cision sa toile, telle une f¨¦e, un personnage quasi-irr¨¦el, entre deux mondes, le r¨¦el et celui de l¡¯art.

Le travail de l¡¯artiste se fait par touches, par superposition de couches, dans une recherche constante, l¡¯œuvre ¨¦volue au gr¨¦ de ses envies, de ses fantaisies. Chaque œuvre nous invite ¨¤ entrer en elle, ¨¤ la comprendre, ¨¤ d¨¦couvrir son univers. Les tableaux nous parlent, font r¨¦f¨¦rence ¨¤ notre inconscient, ¨¤ notre v¨¦cu, chacun y verra une chose diff¨¦rente, ainsi l¡¯œuvre revit et change de signification, elle n¡¯appartient plus ¨¤ celui qui l¡¯a cr¨¦¨¦e.

Les œuvres pr¨¦sent¨¦es ici s¡¯interrogent sur la nature, sur ce qu¡¯elle est, la repr¨¦sentation d¡¯un paysage nous donne ¨¤ voir la perception du monde de l¡¯artiste, son point de vue est toujours subjectif. Ainsi l¡¯œuvre s¡¯oppose souvent ¨¤ la nature car elle r¨¦sulte de notre culture, quoi que l¡¯on fasse cette l¡¯influence de notre v¨¦cu est inalt¨¦rable.

Doigts de f¨¦e met l¡¯accent sur la magie de l¡¯acte de cr¨¦ation mais aussi et surtout sur le talent de ceux qui cr¨¦ent, qui nous transportent dans leur univers et nous montrent leur âme ¨¤ travers leurs œuvres.

¡¡

¡¡

Retour